Notre histoire

Historique
Créée en 1966, l’association « Foyer Langrois de Jeunes Travailleurs » a développé au fil des années des services d’hébergement différents mais complémentaires. Au foyer de jeunes travailleurs d’une capacité de 120 places dont quelques unes classées « Auberge de Jeunesse », offrant des possibilités de restauration sur place, se sont ajoutés successivement un Centre d’hébergement et de Réinsertion Sociale, un service de Stabilisation, un service d’hébergement d’urgence pendant les périodes hivernales et enfin une Pension de Famille.


L’association a obtenu en 2010 les agréments nécessaires pour deux des trois grandes catégories d’activités :

  • L’Ingénierie Sociale, Financière et Technique
  • L’Intermédiation Locative et la Gestion Locative Sociale.

Aujourd’hui, le contexte économique et social n’est plus le même. Les besoins en hébergement ont évolué tant en qualité qu’en quantité, les financements ne sont plus à la hauteur de ce qu’ils étaient et les subventions se raréfient. Si la diversité des services offerts a fait de l’association une structure unique et originale dans le département, avec des avantages certains pour le suivi des usagers dans leur parcours résidentiel et la mutualisation des postes occupés par les différents salariés, il y a un risque auquel l’association a été durement confrontée durant les quatre dernières années écoulées. La baisse de fréquentation du foyer, la vétusté et le manque de confort des locaux du bâtiment principal ont entraîné des charges de fonctionnement devenues trop importantes avec des recettes qui ne cessaient de diminuer. L’impossibilité de maintenir le FJT traditionnel risquait de compromettre le maintien de l’ensemble des services de l’association.
Aussi la décision a-t-elle été prise en septembre 2011 de quitter le bâtiment principal et de cesser de faire fonctionner les parties FJT et Auberge de Jeunesse. Corrélativement, tout a été mis en œuvre pour créer à la date du 1er janvier 2012 une résidence sociale « Jeunes » de 32 places et procéder à la même date au regroupement des services d’hébergement CHRS, Stabilisation et Urgence dans un même bâtiment. Pari réussi grâce à l’engagement de tous les salariés pour que tout soit réalisé dans les temps.
Cela a nécessité de concevoir et de mettre en place une nouvelle organisation, de revoir le nombre des salariés en limitant autant que faire se peut le nombre des licenciements. Mais l’association s’est saisie de l’occasion pour réécrire ses procédures de fonctionnement et changer d’appellation. Ce travail a impliqué les administrateurs, la direction et les salariés et a été mené dans un esprit de concertation et à un rythme soutenu pour que tout soit prêt avant l’assemblée générale de juin 2012.
Enfin, il convient de préciser les principes qui ont guidé l’élaboration du projet d’établissement et des différents projets de service :

  • La prise en compte des usagers : conformément à la Loi 2002-2 les usagers sont pris en compte. Si les profils et les situations sont différents d’un service à l’autre, l’objectif commun est de favoriser l’accès au logement autonome en délaissant tout ce qui pourrait ressembler à de l’assistanat.
  • La clarification des procédures : tout en précisant la place et le rôle de chacun au sein de l’association, il était nécessaire d’adapter les procédures existantes en tenant compte des évolutions récentes et de la nouvelle configuration depuis janvier 2012.
  • La transparence avec les services de tutelle : les projets ont intégré les directives de l’Etat concernant le dialogue de gestion et les évaluations internes et externes qui seront mis en œuvre à compter de 2012. Il importe donc que l’association démontre ses capacités à gérer des services d’hébergement dont les agréments pourraient être remis en cause.

Notre projet est constitué de 5 parties reprenant notre positionnement associatif et l’organisation des différents services. Dans un souci de constante amélioration de la qualité de nos prestations, des axes d’amélioration et des perspectives sont présentées à l’issue de chaque partie.
ASSOCIATION du FLJT au PHILL

1.Histoire

Le Foyer Langrois de Jeunes Travailleurs est une association de Loi 1901 créée en 1966 et reconnue d’éducation populaire. Il est né d’un besoin exprimé par les entreprises en pleine expansion. Il était à l’origine un centre d’hébergement pour les travailleurs en attente d’une place fixe et d’un logement définitif sur Langres. Il est encore aujourd’hui le seul établissement sur le Pays de Langres à pouvoir répondre aux besoins des personnes en phase d’autonomisation en utilisant le logement comme support.
Dans les années 80, le FLJT, acteur incontournable sur le territoire, fut l’initiateur d’une réflexion sur les besoins des personnes accueillies. Il s’est avéré que l’hébergement n’était pas ou plus le seul besoin. Il fallait également proposer de l’aide à la formation, de l’accès à la culture… Ainsi, à partir de 1985, la structure développe des animations sportives et culturelles, des actions de formation, un réseau d’initiatives pour l’emploi et contribue à la création d’une entreprise d’insertion (Entrin 52), d’une radio locale (RPL) et une d’association culturelle telle que Tintamars.
Début des années 90, le développement du service formation aboutit à la création d’une association spécifique : Poinfor, en partenariat avec la FOL.
En 2004, la fermeture, pour cause de déficit budgétaire, de la restauration du FLJT marque un tournant dans l’histoire de l’Association. Lieu essentiel de rencontre et d’échange de divers acteurs économiques et sociaux (usines, banques, services sociaux…), la restauration était le lieu du partenariat informel sur la place de Langres.
Le FLJT se recentre sur sa vocation initiale qu’est l’hébergement mais compte tenu de la diminution des demandes d’hébergement temporaire émanant des entreprises d’une part et de l’allongement des processus d’autonomie liés à l’insertion d’autre part, l’activité de l’association s’est étendue à un public plus large que les jeunes de moins de 25 ans, public plus défavorisé avec des problématiques sociales complexes, et c’est ainsi que sont créés : le CHRS (2001), le Dispositif Hivernal (2001), le service d’Accompagnement Social Lié au Logement (2007), la Stabilisation (2008) et la pension de famille (2008).
Fin des années 2000, les locaux occupés par le FLJT ne correspondent plus aux normes de l’accueil collectif, ni en terme de structures bâties, ni en terme d’accompagnement des divers publics pour lesquels la cohabitation est devenue difficile. L’association prend donc la décision de différencier l’accueil et l’accompagnement de deux types de publics :

  • un public dit « fragilisé » cumulant de nombreuses difficultés économiques et sociales et rencontrant des problèmes d’insertion.
  • un public plus autonome, inséré socialement, pour lequel seul un étayage et une consolidation des acquis sont nécessaires.

Début 2012, ce constat, amène, l’association à quitter les anciens locaux, à regrouper autour du CHRS, dans le bâtiment « Les Hortensias » le public « fragilisé » des services de Stabilisation et le Dispositif Hivernal.
La Pension de Famille « ELSA » est maintenue dans le bâtiment « Aragon » qui se trouve à proximité.
Pour le public plus autonome l’Association crée une résidence sociale « Jeunes », une résidence sociale « plus de 30 ans », maintient un service d’accompagnement en logements externes et d’Accompagnement social lié au logement, destiné à favoriser le maintien dans le logement (ASLL, enquêtes sociales, prévention des expulsions).
Dans un premier temps, ces services sont proposés en logements diffus sur le Pays de Langres et dans un second temps, à l’horizon 2014, ces logements diffus seront complétés par une structure centrale, dans le bâtiment « Bel Air ». Elle pourra accueillir 16 résidents logés dans des T1, des espaces collectifs et des bureaux d’accueil et d’animation.

2.Valeurs

L’intégrité est la première étape dans la construction de l’identité, l’Association se veut être le garant de la mise en sécurité physique et morale des personnes qu’elle accueille.
Le Respect de tout individu quelles que soient ses valeurs, ses croyances, ses origines sociales… est la pierre angulaire de la relation d’aide que l’Association propose.
La Dignité, c’est reconnaître que chacun a une place à prendre dans la société. L’Association souhaite que les personnes accueillies puissent mettre en adéquation leur projet de vie et les exigences de la vie en société.
La Citoyennetéest une valeur que l’Association entend défendre en s’impliquant sur le territoire et en exerçant une veille sociale permanente visant à adapter les besoins recensés et les outils proposés et en permettant aux personnes de s’inscrire dans la vie locale.

3.Missions

L’association a pour objet de :

  • Gérer toutes structures et activités (Résidence Sociale Jeunes, Accueils d’urgence et de stabilisation, Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, Pension de Famille, Fonds Social Logement) favorisant l’intégration et l’insertion sociale dans le cadre des différents dispositifs existants.
  • Favoriser la mixité sociale, le brassage entre générations et de proposer des activités et animations ouvertes à tout public.
  • Favoriser la socialisation en offrant un hébergement social en adéquation avec les problématiques spécifiques de chaque personne, en proposant un accompagnement individualisé dans les domaines de la vie quotidienne (alimentation, santé, bien-être, mobilité, emploi, formation, gestion budgétaire, loisirs, culture…).
  • Gérer un hébergement temporaire adapté qui favorise la réalisation des projets individuels (études, formation, emploi) et l’accès aux manifestations sportives ou culturelles locales.
  • Apporter à l’échelle du territoire et en partenariat avec les acteurs locaux, des réponses adaptées aux besoins en matière de parcours résidentiel.
  • Participer, en sa qualité d’observateur privilégié des réalités et des évolutions de la situation des usagers, à l’analyse des besoins émergents du territoire afin de contribuer à l’élaboration des politiques menées.

4.Composition

L’association est composée de :

  • Membres actifs représentées par des personnes privées ou des personnes morales (élus, collectivités, membres associatifs, partenaires…).
  • Membres honoraires dont la qualité peut être conférée par le conseil d’administration à toute personne physique ou morale pour services rendus à l’association. La qualité de membre honoraire donne droit à une voix consultative aux instances de l’association. Ce membre peut être dispensé de cotisation par le bureau.
  • Membres bienfaiteurs dont la qualité peut être conférée de manière illimitée à toute personne physique ou morale ayant versé une cotisation d’au moins 20 fois le montant de la cotisation fixée pour les membres actifs. La qualité de membre bienfaiteur donne droit à une voix consultative aux instances de l’association.
  • Membres de droit : Financeurs et institutionnels qui n’ont pas de voix délibérative :
  • Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations ;

-Direction Départementale des Territoires ;

-Caisse d’Allocations Familiales ;

-Conseil Général ;

-Bailleurs publics et privés ;

-Autres sur proposition du conseil d’administration.

L’association est gérée par un Conseil d’Administration composé de personnes physiques et morales représentant l’Etat, les collectivités locales et les partenaires. Ce CA doit :

  • définir la politique générale de la structure, ses objectifs, ses choix et ses projets,
  • assurer l’orientation et le suivi de la gestion administrative et financière,
  • exercer une fonction d’employeur.

5.Les services

Le PHILL est devenu aujourd’hui une structure atypique accueillant des publics différents et plus défavorisés mais prenant en compte la totalité des parcours résidentiels. Elle s’articule autour de deux principaux publics et se décline en plusieurs services :

tab 1

tab2

Dans un souci de cohésion et d’optimisation des qualifications et compétences, certains salariés de l’association interviennent sur tout ou partie des services d’hébergement et sont répartis en 4 pôles comme suit :

 

tab3

 

Le pôle socio-éducatif assure l’accompagnement social et la veille de la structure.

  • Les animateurs Socio-éducatifs établissent, avec le résident, son bilan social, familial et professionnel et déterminent les besoins en terme d’accompagnement. Cet accompagnement, dont ils en garantissent l’organisation et la coordination avec les différents acteurs impliqués, vise à favoriser et à développer l’autonomie. Il doit permettre, à terme, au résident de progresser dans son parcours résidentiel voir à accéder à un logement autonome. Cet accompagnement est continu, pour cela un animateur socio-éducatif d’astreinte peut intervenir sur les différents services si besoin, les nuits et les jours non ouvrables.
  • Les animatrices de vie assurent la gestion de la vie quotidienne et l’animation au sein du CHRS, de la stabilisation, de l’HU, de la résidence sociale et de la pension de famille : repas collectifs, sorties sur l’extérieur (courses, cinéma, piscine…), activités internes (gym douce, bricolage…)
  • Les veilleurs complètent l’intervention quotidienne de l’équipe. Ils ont une fonction de veille, assurant à la fois la surveillance des locaux (rondes régulières, filtrage du public à l’entrée des locaux…) et une approche sociale de contact avec les résidents (accueil, gestion de conflits, distribution de nourriture pour les accueils d’urgence…).

Le pôle administratif assure la comptabilité et le secrétariat des différents services pour tout ce qui concerne les résidents (quittance d’hébergement…) comme les salariés (fiches de paie…). Il assure également l’accueil physique et téléphonique selon les horaires affichés à l’entrée du bureau 111.
Le pôle logistique veille à l’entretien des locaux (ménage, réparations…) pour garantir à chaque résident un hébergement propre et fonctionnel.
La Direction en lien avec le CA veille à la bonne articulation de ces différents pôles pour garantir aux résidents des prestations de qualité dans le respect de leur condition humaine et aux salariés des conditions de travail optimales. Elle gère les ressources humaines et financières, veille à inscrire les services dans une démarche constante d’amélioration de la qualité. Elle participe à la coordination du réseau et des partenaires sur le territoire. Enfin elle assure un rôle de veille sur l’évolution des politiques publiques et peut interpeler si nécessaire les pouvoirs publics.

Aller à la barre d’outils